Accueil / Haute Horlogerie / Ulysse Nardin: Nouvelle complication baptisée Marine Mega Yach

Ulysse Nardin: Nouvelle complication baptisée Marine Mega Yach

Larguer les amarres est toujours une invitation au voyage. Celui proposé par Ulysse Nardin offre de prendre une nouvelle fois le cap d’une horlogerie inventive où la belle mécanique s’appréhende comme un jeu cinétique mêlant technicité de haut vol et émotion océanique.

Avec la Marine Mega Yacht, Ulysse Nardin offre de prendre une nouvelle fois le cap d’une horlogerie inventive où la belle mécanique s’appréhende comme un jeu cinétique mêlant technicité de haut vol et émotion océanique. Parée à lever l’ancre!

Prolongement de la montre Marine Grand Deck Tourbillon lancée en 2016, cette nouvelle référence à complication baptisée Marine Mega Yacht s’inscrit dans la continuité de la collection Marine et de la passion qu’entretient la manufacture Ulysse Nardin pour l’univers nautique depuis sa fondation en 1846.

Si la première pièce célébrait l’univers des voiliers et de la belle plaisance, cette nouvelle édition s’adresse ouvertement aux propriétaires de navires de prestige contemporains, désireux de retrouver au cœur même de cette montre d’exception quelques-uns des éléments mécaniques les plus représentatifs de leur bâtiment taillé pour affronter toutes les mers du globe. Une création de tous les superlatifs éditée en platine à seulement 30 exemplaires pour le monde.

Ce garde-temps de 44 mm de diamètre présente au cadran l’étrave affutée d’un navire de luxe. Reproduite en 3D, elle semble émerger d’un or gris liquide comme elle sortirait de la brume, fendant la mer d’émail « grand feu » dans une vague d’écume rendue avec beaucoup de réalisme. Pour garantir une précision chronométrique, cette construction est régulée par un tourbillon volant.

Afin de rester ancrée dans l’univers nautique, la cage de tourbillon s’orne d’une hélice de propulsion. Quant aux aiguilles, au dessin inspiré de celles des antiques chronomètres de marine, elles gravitent invariablement au-dessus de ce tableau vivant.

La manufacture Ulysse Nardin a fait appel à ses meilleurs horlogers qui, associés à ceux de la manufacture Christophe Claret, maison célèbre pour concevoir dans ses ateliers des complications horlogères innovantes, ont travaillé avec passion afin de proposer un calibre mécanique à remontage manuel de manufacture régulé par un tourbillon.

Totalement innovant et visible par le fond transparent, il apparaît caréné de façon à ce que son esthétique se rapproche visuellement de celle des moteurs implantés dans la salle des machines.

Ce puissant cœur de 37 mm de diamètre comprenant 504 composants et se remontant à la main garantit une réserve de marche de 80 heures. Il permet en premier lieu l’affichage de l’heure de façon analogique, autorise une présentation tridimensionnelle des phases de la Lune et emporte un mécanisme offrant d’afficher la hauteur des marées en temps réel par rapport à un lieu donné mais également des coefficients saisonniers, une fois le mécanisme réglé par le truchement de la couronne de remontoir dont la position se lit dans une lucarne ouverte dans le flanc de carrure à la façon des écrans de télégraphes de manœuvres.

Et parce que l’horlogerie est un art, l’ancre au dessin contemporain avec son soc profilé, associée à la chaîne par l’organeau, elle-même passant dans son chaumard que l’on aurait pu croire un décor, se déplace au gré des manipulations de la couronne de remontoir pour indiquer la réserve de marche. Par souci de réalisme, Ulysse Nardin a mis au point un véritable guindeau miniature visible à 12 heures.

Par l’entremise d’un jeu de roues coniques en prise avec le mécanisme d’armement du barillet, celui-ci tourne pour simuler la remontée de l’ancre, y compris une fois le remontage complet effectué, pour le plaisir d’éventuels curieux.

Si la présence des aides à la navigation ne rend plus nécessaire le calcul de la longitude en mer à l’aide d’un sextant et d’un chronomètre de marine, il a semblé utile à l’équipe de développeurs d’Ulysse Nardin de s’interroger sur ce que pouvait attendre un propriétaire de Mega Yacht de sa montre.

Dans le cas présent, ils ont retenu l’intégration d’un affichage des phases de Lune à l’aide d’une représentation 3D de notre satellite qui, pour avoir quelque chose de saisissant, présente une surface conforme à l’original grâce à une reproduction de cette dernière à l’aide d’une gravure laser.

Elle est formée de deux demi-sphères : l’une traitée PVD bleu pour la période de nouvelle lune et l’autre rhodiée pour simuler son éclairage par le soleil.

Son réglage par rapport à l’éphéméride de l’année s’effectue à l’aide de la couronne de remontoir, une fois son indicateur sur le télégraphe ouvert dans le flanc de la carrure placé sur l’indication correspondante : S pour position Set soit réglage aiguilles, TM pour position Tide et Moon soit Marée et Lune, W pour Winding soit remontage du calibre. En position intermédiaire, la phase de la lune et l’amplitude de marée se règlent en tournant la couronne dans un sens antihoraire, tandis qu’en sens horaire, l’opérateur règle le niveau de la marée en fonction du lieu où il se trouve.

Cette montre unique en son genre devrait offrir à ses 30 futurs propriétaires les moyens de rester attentifs aux manœuvres effectuées par l’équipage de leur yacht, dont le nom ou la devise pourra être gravé dans le cartouche placé sur le flanc de carrure de la montre pour la rendre tout à fait unique.

Via |  Ulysse Nardin

A Propos Web Luxe

Votre site de Luxe: Tendances, reportages, immeubles, aviation privé, jet privé, gastronomie, Joaillerie, montres, voitures, décor maison, boutiques, resorts.

Chercher également un

IWC dévoilé une édition spéciale: Le Petit Prince et Antoine de Saint-Exupéry

À l’occasion du Salon International de la Haute Horlogerie de Genève, IWC Schaffhausen a dévoilé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *